• Marathon du Luberon 2012

    Marathon du Luberon du 7 octobre 2012 : Objectif 3h45

     

    Pour mon 3ème marathon et ma 2ème participation à celui du Luberon je me suis fixé l'objectif de 3h45.

    A 4 jours du marathon j'ai ressentis une légère tendinite au genoux gauche au cours d'une sortie de 12km : le stress me gagne ; pourtant j'ai été raisonnable depuis 15 jours dans mes entrainements... Pas question de se démoraliser pour autant ; repos jusqu'à samedi, prise d'uboprofène + application de voltarène en gel, et puis dimanche on verra bien !!!

    J-2 :
    Ce vendredi matin je réveille après une nuit agitée ; durant mon sommeil j'ai refait la course de l'année dernière, tous les scénarios ont défilés dans ma tête : la blessure violente qui contraint le marathonien à abandonner dès les premiers kilomètres, la blessure supportable au début mais qui oblige à marcher dans les derniers kilomètres et enfin le scénario où tout va bien, où sans savoir pourquoi on se sent super bien et où l'on franchi la ligne d'arrivée dans un bonheur immense... Oui, cette nuit j'étais déjà profondément dans le marathon ; pourtant dimanche se sera mon 3ème, mais je ressens les mêmes sensations que pour les 2 premiers, j'ai cette impatience et cet espoir immense mais aussi cette crainte insidieuse...
    Ce matin je me sens comme un adoslescent impatient de partir et en même temps un peu angoissé par l'idée du départ...

    Mais d'abord une petite présentation vidéo de ce grand rendez-vous du Vaucluse : édition 2011 : mon 1er marathon bouclé en 4h01mn

    Edition 2008 : Où on voit l'ambiance de fous de ce marathon !!!


    Le grand jour est arrivé, une fois de plus la nuit a été courte et je peux éteindre mes deux réveils avant même qu’ils sonnent… Je savoure ce moment, il est 4h30, il me reste plus d’une heure pour me préparer ; pourtant mes affaires sont déjà prêtes depuis hier soir… Après avoir pris un copieux petit déjeuner et vérifier plusieurs fois mes affaires je quitte la maison endormie.

    Marathon du Luberon du 7 octobre 2012 :

     

    Dehors il fait nuit noire, le temps est couvert et il pleut légèrement, malgré cela il fait très doux, le thermomètre affiche 15 °C ; la météo n’a pas annoncé du mauvais temps sur la région et on peut donc s’attendre à un temps chaud quand ces entrées maritimes se seront dissipées.

    Cette année je pars avec mes amis Denis et Christophe, ensemble nous faisons la route d’Orange à Pertuis ; dans la voiture déjà l’ambiance monte doucement.

    Il fait encore nuit à notre arrivée à Pertuis, on fait partie des premiers à venir retirer les dossards ; j’aime bien être en avance sur place et pouvoir prendre le temps de bien me motiver avant la course.

    Marathon du Luberon du 7 octobre 2012 : Marathon du Luberon du 7 octobre 2012 :

    Denis lui s’est inscrit sur le semi-marathon et se rend à l’arrivée distante de 5km de Pertuis pour y garer sa voiture ; cela nous permettra de repartir directement après la course sans devoir prendre une navette.

    Le marathon du Luberon n’est pas la seule course, il y a donc également un semi-marathon, un 10km, des randonnées et des marches nordiques, c’est donc une journée dédiée au running et à la marche pédestre où tout le monde peut participer quel que soit sa condition physique.

    Marathon du Luberon du 7 octobre 2012 :

    C’est également une journée accès sur la convivialité et la bonne humeur ; on trouve sur place de nombreuses attractions : stands avec produits du terroir, défilé de véhicules ancien, animations musicale et de nombreux coureurs déguisés.

    Il nous reste plus d’une heure avant le départ du marathon prévu à 9h00 : avec Christophe on commence par se dégourdir les jambes en se promenant puis on s’échauffe lentement..

    Marathon du Luberon du 7 octobre 2012 :

    Enfin arrive le départ de la course : on commence par un tour du stade et une petite boucle dans Pertuis avant de partir à la découverte du Luberon. Une fois de plus le départ est rapide ; dans l’enthousiasme général avec Christophe on se laisse un peu grisé et on démarre à un rythme élevé 13/14 km/h les deux premiers kilomètres…

    Christophe me ramène à la réalité et à présent on se cale sur 5mn au km (12 km/h) ; dès les premiers kilomètres le parcours est vallonné ce qui favorise la montée du rythme cardiaque ; je regarde mon cardio dans les côtes je suis entre 160 et 165 pulsasions puis je redescent à 155 pulsasions sur le plat.

    Marathon du Luberon du 7 octobre 2012 :

    Pour le moment l'ambiance est bonne enfant ; on plaisante avec Christophe, on rigole de voir la présence de vin rosé au 1er ravitaillement... Ben voyons un bon verre de vin pour bien démarrer le marathon ; ils ont beaucoup d'humour dans le Luberon...

    Vers le 5ème kilomètre Christophe a ralentis, le rythme de 12km/h est trop soutenu pour lui ; il me dit de partir seul devant... On se souhaite bonne chance et je poursuis à mon tempo de 5mn au km...

    Pour le moment je me sens bien, aucune douleur, mon rythme cardiaque est un peu haut mais il est régulier je reste dans la fourchette de 155 à 165 pulsasions en fonction du dénivelé...

    Au 10ème kilomètre je regarde mon chrono un peu moins de 50mn : c'est parfait je suis pile dans mon objectif. J'ai fait le marathon l'année dernière mais j'avais oublié certaines montées et les paysages magnifiques du Luberon peu à peu me ramène les souvenirs...

    Je reste calé à mon rythme et je scrute mon chrono à chaque kilomètre ; grâce à un balisage parfait ; pour le moment je me sens voler vers un temps inespéré : les 3h30 voire même peut-être un peu moins... A condition de maintenir mon rythme à 12km/h...

    Le parcours alterne champs agricoles avec de nombreuses vignes et lieux sauvages : on contourne un magnifique lac et on traverse des villages pittoresques ; par moment c'est un chateau que l'on voit tout près par moment un moulin ou un mas provencal...

    Je savoure ces moments, je me sens bien, et le marathon se déroule sans encombre...

    Profitant de la descente vers Cucuron j'ai haussé un peu le rythme et je me retrouve au semi-marathon en seulement 1h39mn ; un record pour moi, cela me donne le vertige, les calculs vont vite dans ma tête si je me cale sur du 12km/h jusqu'à l'arrivée je vais finir en moins de 3h30 !!!

    Marathon du Luberon du 7 octobre 2012 :

    D'ailleurs je passe au 30ème km en moins de 2h30 ; donc c'est jouable... à moins d'une défaillance ; qui hélas va survenir dès le 33ème km : les crampes !!!

    Ces satanées crampes, déjà l'année dernière elles m'avaient fusillé les mollets au 40ème km, j'avais mis près de 20mn pour faire les deux derniers kilomètres !!!

    Cette année c'est pire je ressens une crampe derrière la cuisse droite au 33ème kilomètre : immédiatement je m'arrête, je fais un étirement et je repars lentement, très lentement... Dès que j'accélère je sens bien que la crampe, je devrais dire les crampes car maintenant l'autre cuisse menace aussi et même les mollets se sont tétanisés...

    Je viens de comprendre qu'il me reste 9km de galère... le temps vient de s'arrêter : je viens de passer de l'euphorie au désespoir... je souffle de mon mieux, et je fais mon maximum pour éviter les mouvements brusques qui entraineraient de nouvelles crampes... Ma vitesse a considérablement baissée ; je vois le temps défilé impuissant et des coureurs commencent à me doubler, mon moral s'éfondre ...

    Je suis dans le dur, mais je ne veux pas baisser les bras, je sais que les 3h30 s'éloignent et que, sauf miracle les crampes ne me quitteront plus jusqu'à l'arrivée...

    On parle souvent de la solitude du marathonien ; j'y suis en plein dedans... Maintenant je me bat contre moi-même ; j'ai envie de m'arrêter mais je serre les dents ; je veux pas abandonner !!!

    Au 35ème kilomètre je regarde mon chronomètre 3h00 pile, je reprend un peu confiance il me reste 7km et je réussi à garder une petite foulée ; en surveillant bien mes appuies... Je dois serrer les dents ; par moment des crampes se déclenchent et me clouent sur place, j'oublie la douleur et je repars à chaque fois comme si rien ne s'était passé..

    Les kilomètres sont long, très long à passer, par moment je double certains coureurs encore plus en proie aux crampes, certains se sont carrément écroulés sur le côté de la route et c'est les pompiers qui viennent leur porter secours...

    Au 40ème km la montée est horrible, même en marchant des crampes surgissent, je traine mes pieds comme je peux, mais je poursuis ma route : j'irai jusqu'au bout même si je dois ramper !!

    Marathon du Luberon du 7 octobre 2012 :

    Arrive enfin la Tour d'Aigue, la fin du parcours descent et le public m'encourage, un dernier effort et je passe enfin la ligne d'arrivée : 3h46mn24

    Je suis 50ème sur environ 250 coureurs au départ ; j'ai gagné 21 places par rapport à 2011...

    Je suis heureux d'être allé jusqu'au bout de mes forces et en même temps j'ai le sentiment d'être passé à côté d'un exploit (pour mon niveau)... Malgré les crampes je réalise mon meilleur temps sur le marathon et 15mn de mieux que l'année dernière.

    Pourquoi ces crampes ? Cela reste une inconnu pour moi, je me suis beaucoup entrainé avant : plusieurs sorties de 30km et jusqu'à 3h00, je me suis longuement hydraté à chaque ravitaillement ; reste la perte de sel : à l'arrivée mes jambes étaient blanches de sel : au prochain marathon je prendrai des boissons avec des sels mineraux.

    Le marathon du Luberon est une course difficile, d'ailleurs Christophe lui aussi a souffert sur la distance, les amis de Caderousse (Gérard, Antoine, Jerôme, Xavier) et Denis qui ont fait le semi-marathon ont eux aussi trouvé le parcours sélectif.

    Vous pensez peut-être que cette course m'a découragé ? Bien au contraire, cela me motive pour faire le marathon de Marseille au mois de mars où cette fois, avec du sel et un parcours plat je compte bien atteindre les 3h30 !!!

    Au niveau organisation comme l'année dernière c'était parfait, ambiance, balisage, ravitaillement, cadeaux à chaque coureur : seul bémol le buffet à l'arrivée pour les marathoniens car pour nous il ne restait pratiquement plus rien à se mettre sous la dent... Mais je suppose qu'une telle manifestation où on est environ 3000 coureurs ce n'est pas évident à gérer.

    Malgré une fin de course difficile je garde un bon souvenir de cette journée et je reviendrai c'est certain !!

    Merci à Christophe pour les photos

     

    Résultats définitifs :

    Marathon du Luberon du 7 octobre 2012 :

     

    Marathon du Luberon du 7 octobre 2012 :

     

     

     

     

     

     

    « 10 km de la cité des Papes 2012Sommes-nous faits pour courir ? »

  • Commentaires

    1
    christophe84 Profil de christophe84
    Lundi 8 Octobre 2012 à 18:42

    Je me répète mais il faut le dire haut et fort BRAVO Joel pour ta course tu as survolé les cotelettes du Lubéron... On ira faire le marathon de Marseille en 2013 et je suis sur que tu feras 3h29.59 !!!!

    Bonne récup mon pote et à bientôt !!!!

    2
    joel84 Profil de joel84
    Lundi 8 Octobre 2012 à 19:14

    Merci Christophe, toi aussi à Marseille tu vas voler : 3h45mn minimum garanti !!!

    Bonne récup et bonnes vacances !!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :