• Marseille Cassis 2013

    Marseille Cassis 2013

     

    Marseille Cassis 2013

    Cette année pour la première fois j'ai participé à Marseille Cassis.

    Depuis que j'ai débuté la pratique de la course à pied j'attend parlé de cette course ; au même titre que le marathon de Paris ou celui de New-york, accrocher à son palmarès Marseille Cassis a un sens...

    Le premier défi c'est déjà de pouvoir y participer ; en effet sa renommée est telle que les 15000 dossards disponibles se vendent en seulement quelques heures sur internet au mois de mars... En 2011 et 2012 je n'ai pas réussi à obtenir le précieux sésame et cette année grâce à mon ami Christophe j'ai eu la chance d'être incorporé au team du Credit Agricole..

    Cette course j'en ai rêvé pendant des années, j'ai scruté les photos, les vidéos et le profil avec le célèbre col de la Gineste... Et depuis cet été je me suis longuement entrainé aux montées et aux descentes ; sans négliger le travail au seuil et les sorties longues.
    Après un marathon à Marseille au mois de mars, j'ai fait un semi-marathon difficile à Gigondas fin juin, le semi-marathon du Mont Ventoux fin juillet, une course un peu similaire à Marseille-Cassis en août à Millas : la "Panoramique" 16.5km avec 400m de dénivelé et le franchissement d'un sommet et pour finir un trail difficile en septembre à Beaumes-de-Venise 35km +1900m de dénivelé...

    Et depuis le TBV un entrainement "spécial" Marseille-Cassis reposant sur 4 sorties par semaine : 50 à 60km, 1 sortie en endurance, 2 sorties avec travail en montées et en descentes et enfin une sortie longue avec du dénivelé...
    Bref une semaine avant la course je pensais être suffisament entrainé ; j'ai relaché la dernière semaine en faisant juste une sortie cool le mercredi, j'ai fait attention à mon alimentation en favorisant l'apport des glucides lents et en buvant beaucoup les 3 derniers jours.

    Dimanche matin, il est 3h30 une fois de plus je suis reveillé bien avant que le reveil ne sonne ; je me suis couché à 21h00 pour être en forme ; mais j'ai eu beaucoup de mal à m'endormir, déjà je me vois dans les pentes de la Gineste et j'attend le cri des spectateurs postés le long de la route...
    Je suis stressé ce matin, c'est le grand jour ; le jour où je vais faire Marseille Cassis ; c'est le jour où il faut assurer, le jour où chaque détail est important...
    Mes affaires sont prêtes depuis hier et sont toutes étalées sur la table de salle à manger : je recommence l'inventaire que j'ai déjà fait et refait avant de me coucher ; je fais cela pour me rassurer... car à quelques heures du départ il faut aussi conjurer le sort...

    En prenant mon petit déjeuner je réalise que dans 5 heures je serai sur la ligne de départ et les pensées les plus folles viennent à mon esprit ; "si  j'ai des crampes", "si je me tord la cheville", "si je suis dans un mauvais jour"... si.. si..

    Pour les crampes j'ai beaucoup bu hier, ce matin je vais boire toutes les 30mn 25cl, je prend d'ailleurs deux bouteilles de badoit, et puis j'ai mes cachets de Sporténine (médicament homéopathique) ; et puis Marseille Cassis cela fait que 20km !!!

    Pour la tendinite et les problèmes de cheville je me passe du "Beaumes St Bernard"...

    Pour les "éventuels" problèmes intestinaux je prend préventivement un sachet de Smecta...

    Pour le mauvais jour... Je croise les doigts !!!

    Voilà il est 4h45 je suis prêt je pars chercher mon pote Christophe pour rejoindre ensuite un autre pote Thierry qui nous amène à Cassis.

    Après 1h30 de route nous voilà arrivé à Cassis il est 6h45 et déjà il y a beaucoup de monde ; c'est déjà compliqué pour se garer pas trop loin du village et on cherche pendant un bon moment avant d'avoir la chance de trouver une place pas trop éloignée du lieu des navettes en bus.

    Depuis 24h00 la météo est incertaine : pluie ou pas pluie ?
    Il pleut légèrement à Cassis ; mais ce n'est que quelques gouttes.. Pas évident de savoir comment s'habiller : s'il pleut beaucoup sans être suffisament vêtu on risque d'être tétanisé par le froid (comme pour le marathon de Marseille en mars dernier) ; au contraire si on fait suivre trop de vêtement et que soleil se lève on risque de souffrir de la chaleur...
    Moi je tente le compromis ; je fais suivre mon camel bag sans la poche d'eau (pensant que les ravitaillements seront suffisants) dans lequel je mettrai un tee-shirt à manche longue au cas où...

    Cette fois on y est, on rassemble nos affaires et direction les navettes, un bus nous amène à Marseille et on profite de ce moment pour se relacher un peu avant la course... Après 30mn de bus nous voilà devant le stade Vélodrome ; on prend quelques photos et on se rend vers la zone du départ ; des centaines et des centaines de coureurs arrivent de toutes les directions ; cela donne le frisson..

    Marseille Cassis 2013

    Marseille Cassis 2013

    Marseille Cassis 2013

    Le stress monte, tous ces gens cela donne le vertige.. Nous voilà maintenant la zone de contrôle des dossards : au-delà de cette limite seul les coureurs avec un dossard officiel de la course peuvent pénétrés.

    Cette fois on est sur le grand boulevard où la course va s'élancer...

     

     

    Nous voilà à présent en lieu et place ; il nous reste plus qu’à patienter pendant plus d’une heure au milieu de cette foule énorme. De toute part des coureurs tentent de s’approcher de la ligne d’arrivée mais plus les minutes passent et plus la foule devient compacte ; les organisateurs ont disposé tous les 10 mètres des WC mais ils sont désormais inaccessible ; hallucinant je vois des coureurs uriner contre le grillage qui interdit l’accès aux personnes non porteuses d’un dossard…

     

    Marseille Cassis 2013

    Marseille Cassis 2013

     

    Marseille Cassis 2013


    A trente minutes du départ on se sent comme du bétail dans un enclos ; impossible de bouger il faut juste attendre…

    D’autres amis sont présent sur la course : Denis, Xavier et Gérard mais ici c’est impossible de se retrouver il y a trop de monde ; ils sont comme nous quelque part dans la foule énorme…

    Pour l’échauffement se sera juste au départ… le temps que devant cela se décante ; et cela mettra de longues minutes…

    Arrive enfin le départ, nous de l’endroit où on est on entend des applaudissements mais il faut attendre quelques minutes avant de pouvoir atteindre le portique du départ ; on le franchi en trottinant, impossible d’allonger la foulée… Avec Christophe on reste côte à côte et on commence à doubler et faire de nombreux zigzag pour se frayer un chemin…
    Que c’est pénible malgré la largeur du boulevard on est constamment bloqué par des coureurs devant soi et on est obligé de changer de rythme et de trajectoire…
    A ce stade de la course j’espère que dans quelques kilomètres et qu’en particulier dans la montée de la Gineste on pourra enfin prendre un tempo et le tenir sans être dérangé… Hélas il n’en sera rien ; jusqu’à l’arrivée il faudra composer avec cette foule de coureurs..

    L’organisation limite la course à 15000 coureurs pour des raisons de sécurité ; je comprends pourquoi maintenant et je pense qu’on est beaucoup trop nombreux pour pouvoir faire sa course sereinement ; c’est ainsi Marseille Cassis est victime de son succès et les organisateurs accueillent le maximum de coureurs..

    Les premiers kilomètres sont très désagréables car je ne parviens pas à prendre mon tempo et il faut constamment surveiller ses appuis, regardé devant, à droite et à gauche… Bref impossible de rentrer dans sa bulle.

    Au niveau météo on craignait avoir la pluie et un vent d’est ; finalement il y a peu de vent et le ciel se dégage il va faire chaud…

    Oui, c’est incroyable pour un 27 octobre mais il fait des températures estivales, mais pas une chaleur sèche, c’est une chaleur humide désagréable, d’ailleurs au 4ème kilomètre je ressens comme des bouffées de chaleur, je suis déjà en nage et j’espère qu’en haut de la Gineste il fera plus frais et que surtout il y a un peu de vent pour renforcer le refroidissement.

    On vient de débuter l’ascension du col de la Gineste, il est face à nous imposant comme un mur que l’on va devoir franchir, avec Christophe on garde le même tempo environ du 5mn au km et c’est toujours aussi compliqué en raison des tous ces coureurs devant nous qui nous obligent de nombreux changements de rythmes et de trajectoires..

    Marseille Cassis 2013

    La sensation de chaleur étouffante ne m’a pas quittée, on est au 6ème kilomètre au niveau du 1er ravitaillement : il y a tellement de monde que c’est compliqué de prendre une bouteille, Christophe a décidé de zappé le ravitaillement, je fais comme lui pensant que le ravitaillement après le sommet de la Gineste sera suffisant ; j’ai bu presque un litre de Badoit avant le départ. J’aurais sans doute mieux fait de m’arrêter à ce moment de la course, de bien boire et repartir…

    Mais j’en ai décidé autrement, je poursuis mon effort au côté de Christophe qui me dit « Si tu veux partir vas-y Jo ne m’attend pas » mais je ne risque pas de partir mon coup de chaleur ne m’a pas passé et au 8ème kilomètre j’ai l’impression de tapé dans le mur : je n’ai plus de force ; ce n’est pas un problème de souffle, de rythme cardiaque ou de douleurs aux jambes ; je n’ai plus de jus, je me sens lessivé… Le soucis c’est qu’on est dans la partie la plus difficile de l’ascension du col il reste encore 1.5km à grimper et surtout 12km avant l’arrivée..

    La course vient de changer de manière radicale d’un coup je prends conscience que je suis pas dans un bon jour ; tous mes espoirs et mes objectifs s’envolent… Je n’ai plus d’énergie et mon moral est au plus bas ; j’avais tellement rêvé de cette course, j’en avais fait un objectif prioritaire, mes entrainements structurés devaient me garantir les 1h40 et me laissaient espérer encore mieux…

    Mais la réalité est là face à moi… C’est cette pente pourtant modeste si je la compare à celle du mont Ventoux et même à celles des dentelles où je pratique régulièrement mes entrainements… Mais là dans l’instant présent c’est cette montée de la Gineste qui m’a mis dans le rouge et je sais qu’hélas pour moi la messe est dite…

    Marseille Cassis 2013

    A présent, je me dois de faire en sorte d’aller jusqu’au bout sans pour cela prendre de risque pour ma santé ; je ralentis en gardant un tempo minimum et je vois partir Christophe seul ; bientôt je le vois plus et je me retrouve seul au milieu de cette foule qui depuis le 8ème kilomètre me double de plus en plus ; je reste concentré sur mon effort il faut que j’aille jusqu’au bout…

    Le sommet était tout proche quand j’ai décroché et j’arrive assez vite au niveau du ravitaillement du col de la Gineste ; cette fois je m’arrête je bois 2 bouteilles d’eau, je soulage ma vessie et je mange du pain d’épice, je prends quelques  minutes avant de repartir en me disant que tout n’est pas peut-être perdu ; je suis sur une portion qui descend et d’ici l’arrivée il reste principalement que de la descente..

    Tout est bon à ce moment de la course pour me remotivé ; je préfère oublier la côte des pompiers car quand on est là ; l’arrivée est à seulement un kilomètre…

    Je repars à un rythme cool mais dès que je tente d’allonger la foulée je n’ai plus d’énergie et je viens de ma rendre compte que mon cardio s’emballe vite ; bref j’ai une nouvelle confirmation que je suis bien cuit malgré le vent qui rafraîchit agréablement …

    Après quelques kilomètres de descentes on arrive dans une zone de faux-plats assez difficiles à passer vu ma santé du jour ; en temps normal je n’aurais même pas senti la variation mais aujourd’hui chaque bosse est pénible…

    J’ai compris que mon état physique ne changera pas et j’adopte un tempo que j’arrive à supporter ; l’important c’est de passer la ligne d’arrivée en bonne santé ; hélas le long du parcours je croise plusieurs coureurs allongés au bord de la route ; j’ai croisé plusieurs fois les pompiers avec la sirène partir à leurs chevets..

    Arrive enfin la grande descente vers Cassis, cette partie de la course ne me pose pas de problème ; je n’ai pas de force et la gravité m’aide beaucoup… Très vite on rentre dans Cassis on est au 17ème kilomètre et la route devient à nouveau plate ; je voudrais relancer mais je n’ai pas la force et d’un coup ma vitesse retombe à 10km/h ; il reste seulement 3km mais je sais qu’ils seront très difficile ; je serre les dents il faut aller au bout quoi qu’il advienne…

    Au 19ème kilomètre c’est la côte des pompiers, pas très longue mais difficile ; en temps normal c’est pour moi une bosse mais aujourd’hui dans l’état où je suis et après 19km cette montée me fait mal ; je réussi à la franchir sans marcher ; c’est une maigre consolation mais quand on est mal chaque détail a du sens…

    Je prolonge mon effort après la côte des pompiers ; juste ce qu’il faut pour parvenir jusqu’à la ligne d’arrivée : je regarde mon cardio 1h55mn soit 15mn de plus que prévu…

    Forcément je suis déçu ; je me suis longuement et sérieusement entrainé pour cette course ; cela représente des heures et des heures de travail pour finalement me retrouver sans force le jour J…

    Je retrouve à l’arrivée Christophe qui réalise 1h45 et améliore son temps de l’année dernière de près de 10mn, Denis fait le même temps que moi et a été victime lui de crampes à 3km de l’arrivée, Thierry comme moi a manqué de jus et réalise 2h05, Xavier fait un excellent chrono de 1h42 et Gérard 2h12..

    Marseille Cassis 2013

    Au niveau organisation que dire, c’est une course énorme très bien structuré, tout est parfait : accueil des coureurs, retraits des dossards, navettes, ravitaillements… A mon avis pour rendre cette course encore plus belle : il faudrait moins de coureurs ou alors faire des départs échelonnés, ajouter des sas pour 1h45, 1h50,1h55,2h00… car laisser au même niveau un coureur de 1h45 avec un coureur de 2h30 c’est franchement pénible ; ce n'est pas un jugement de valeur de ma part ; tous les coureurs ont leur place et autant de mérites.
    Au niveau des ravitaillements les mettre à droite et à gauche de la chaussée : cela évite les coups d’épaules (j’en ai pris un !!!)…
    Prévoir plus de WC pour éviter aux coureurs de soulager leur vessie contre les grillages… Mais bien sur, la critique est facile...

    C’est une course à faire une fois dans sa vie de runner ; moi j’ai été gêné par la foule ; je n’étais pas bien au milieu de tant de gens..

    Je ne souhaite pas resté sur cet échec et je compte bien refaire un jour cette course en espérant être cette fois dans un bon jour.

    Je me suis mis trop de pression et je n'ai réussi à me détendre avant le départ ; bien au contraire j'ai ressentis cette foule comme une agression... Finalement à vouloir me faufiler j'en ai oublié l'essentiel : prendre du plaisir... Vouloir doubler était illusoire ; on y laisse beaucoup d'énergie, j'aurais été mieux inspiré de partir plus lentement ; m'arrêter au 1er ravitaillement et gravir calmement la Gineste en profitant du paysage ; ensuite sur le plateau et dans la descente j'aurais eu largement le temps de m'exprimer...

    On apprend toujours de ses erreurs...

    Marseille Cassis est une course unique, inclassable car aucune autre ne lui ressemble, très difficile mais très belle, une course où la moindre erreur se paie cash ; mais une course où il faut être au moins une fois pour ressentir cette ambiance. Bravo aux organisateurs car acceuillir 15000 coureurs dans un village comme Cassis est un énorme challenge dont ils ont la maîtrise, chaque détails a été étudié pour que tous les coureurs puissent arrivés en toute sécurité.

    Peu de course permet de se jeter dans la mer après l'arrivée ; surtout un 27 octobre et cette année certains coureurs non pas hésités :

     

    Marseille Cassis 2013

     

    Marseille Cassis 2013

     

    Marseille Cassis 2013

     
    Ligne d'arrivée Marseille-Cassis 2013... par france3provencealpes

    Je tiens à remercier particulièrement le Credit Agricole et France Bleu Provence qui ont acceptés de m'incorporer à leur team et qui nous paticulièrement bien reçus à l'arrivée à Cassis.

    Un grand Bravo à mon ami Christophe qui réalise un excellent chrono de 1h45 et à Xavier qui a mit seulement 1h42.

    Le rendez-vous est pris pour 2014 pour me faire pardonné par dame "Gineste" !!

     

     

    « Trail de Beaumes-de-Venise 2013Ascension du mont Ventoux face nord par les sentiers »

  • Commentaires

    1
    sylvain
    Samedi 30 Août 2014 à 08:27

    espère que ton entrainement 2014 t'amènera à améliorer ton résultat 2013 et atteindre ton objectif de descendre sous la barre des 1h40

    2
    Vally
    Lundi 19 Octobre 2015 à 23:48

    Merci pour ton récit qui j espère me sera précieux dimanche

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :